Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article

La Vigne

La Vigne

La Vigne

La vigne est cultivée principalement pour la récolte du raisin dont on tire le jus qui, après fermentation, donnera du vin. Mais ses usages sont multiples : raisin frais, raisins secs, jus de raisin, vinaigre, huile de pépins de raisin, confitures, sarments pour les grillades, phytothérapie… Elle est introduite en Gaule du sud dès la fin du VIIe siècle av. J.-C. par les Grecs de Phocée installés à Massalia (Marseille). La culture est alors conduite en gobelets sur des parcelles très proches du littoral, puis en arbustes selon la méthode étrusque après la conquête romaine. La production et les échanges de vin sont florissants, Narbonne et Port-Vendres en sont des comptoirs importants. Au cours du Ier siècle, la production méditerranéenne concurrence même les vins italiens, si bien que Dioclétien prend des mesures de restriction (interdiction et arrachage) qui ne seront levées que deux siècles plus tard.

Le vignoble languedocien reprend des forces sous l’ère chrétienne et pendant tout le Moyen-Âge grâce au rôle accordé par la communion au pain et au vin ; la qualité progresse sous les soins des moines qui gèrent les domaines viti-vinicoles de l’Église. Dès le XVIe siècle, la culture de la vigne devient plus rentable que celle des céréales et le vignoble s’étend de façon importante jusqu’à voir apparaître au XVIIe siècle une véritable « ruée vers la garrigue » où les espaces encore disponibles sont pris d’assaut. La création du canal du Midi et du port de Sète au XVIIIe siècle, puis l’arrivée du chemin de fer en 1853, qui relient la région à des zones grandes consommatrices de vin, élargissent encore la production de masse. Plusieurs crises frappent : l’oïdum, le phylloxéra, le mildiou, contre lesquels les viticulteurs luttent ici plus efficacement qu’ailleurs.

Puis la révolte des vignerons en 1907 vient couronner une surproduction généralisée, dont les effets sont longs à s’estomper, jusque dans les années 1980 où on assiste à un regain d’intérêt avec l’émergence des vins mono-cépage. Le vignoble languedocien fournit désormais 40 % de la production française de vin.

Dernière modification le — par


Laisser un commentaire

  • La Vigne
  • La Vigne
  • La Vigne
  • La Vigne