Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article

La Soie

La Soie

La Soie

Selon la tradition cévenole, c’est au XIIIe siècle que remontent les premières traces du travail de la soie et chaque famille élève des vers afin d’en tirer le fameux fil, vendu à des négociants. C’est le nîmois François le Traucat qui avec l’approbation d’Henri 4 installe en 1564 des pépinières de muriers.La guerre des Camisards (1702-1704), ruine cette économie et il faut attendre l’hiver 1709 qui voit geler les châtaigniers, oliviers, vignes, pour que l’administration régionale relance cette culture. Mais il faut attendre le XIXe siècle pour que la sériciculture atteigne une véritable prospérité et renommée. Le fil après avoir été mouliné à Uzes et à Nîmes parvenaient aux soyeux lyonnais. Malheureusement la pébrine, maladie causée par un champignon, va détruire de nombreux élevages.

Il faut tout de même savoir qu’on récoltait alors en Cévennes vers 1850 plus de 25000 tonnes de cocons, c’est-à-dire plus de la moitié de la production française.En 1879 se déclenche la première grève des fileuses de Saint Ambroix (les salaires étaient les plus bas de l’industrie textile), en 1906 la grève des fileuses de Ganges est la plus longue de l’histoire de la filature; Plus tard la soie synthétique et l’ouverture des marchés sonnent le glas de l’activité cévenole. Depuis la fin des années 1970, quelques filatures ont été relancées comme celle de Gréfeuille dans le Gard. À Saint-Hippolyte-du-Fort, un musée est consacré à cette industrie afin de témoigner de son passé et de faire découvrir le processus de fabrication de la soie.

Dernière modification le — par


Laisser un commentaire

  • La Soie
  • La Soie