Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article

Victor de l’Aveyron

Victor de l’Aveyron

Victor de l’Aveyron

Autour de l’année 1800, dans l’Aveyron, des chasseurs capturent un enfant mystérieux, nommé “Victor l’enfant sauvage” d’une dizaine d’années. Il marche à quatre pattes, est à première vue sourd et muet, ne s’arrête pas de faire de grands gestes décousus et est couvert de cicatrices. On suppose alors qu’il a été abandonné très jeune dans la forêt car il était idiot et aurait survécu en se nourrissant de racines et de pommes de terre crues. On le surnomme vite « l’enfant sauvage », et il devient un phénomène régional. Un représentant du gouvernement se saisit de son cas : on ne parle plus que de lui, toute la population veut voir de ses yeux le Sauvage, le toucher.
Alors un professeur d’histoire naturelle, l’abbé Bonnaterre le recueille à Rodez. Puis il est envoyé à la capitale chez Jean-Marc Gaspard Itard, un étudiant en médecine qui se met en tête de l’éduquer et surtout de l’étudier. L’enfant sauvage ne progressera que très peu : il acceptera de manger des aliments cuits, de dormir dans un lit, difficilement, de porter des vêtements, et arrêtera de mordre et griffer les personnes à proximité. En revanche il ne parlera jamais, et deviendra un adolescent solitaire, livré à lui même dans un établissement de sourds-muets.
Il meurt en 1828 dans les ruines d’un couvent abandonné et son corps est jeté à la fosse commune.

Le cas de Victor de l’Aveyron fut étudié par de nombreux philosophes car il ouvre un débat dont on ne connaît pas encore la réponse : naît-on humain ou le devient-on ?

Cet enfant et la problématique qu’il  fait naître inspira le célèbre film « L’enfant Sauvage » de Truffaut en 1970, ainsi que de nombreuses œuvres philosophiques.

Dernière modification le — par


Laisser un commentaire

  • Victor de l’Aveyron
  • Victor de l’Aveyron
  • Victor de l’Aveyron
(-)
1780 Aveyron
1828 Paris

Panier