Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article

Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse

Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse

Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse

Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse est un naturaliste français né à Toulouse, fils de Jacques Picot de Buissaison de Lapeyrouse, noble et capitoul de Toulouse.

Philippe-Isidore opte d’abord pour une carrière dans la magistrature et obtient en 1768 une charge d’avocat général près la chambre des eaux et forêts du parlement de Toulouse.

Un de ses oncles, baron de Lapeyrouse, meurt en 1775 et lui lègue son titre et sa fortune, dont le Chateau de Lapeyrouse qu’il arborera tel un jardin des plantes tant on y trouve des essences variées. N’ayant plus de soucis d’ordre pécuniaire, ayant démissionné de son poste, car il refusait la réforme de l’administration de René Nicolas de Maupeou en 1771, il peut se consacrer dès lors à sa véritable passion, l’histoire naturelle.

Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse passe la plupart de son temps à voyager et étudier. Il fait paraître en 1781 sa “Description de plusieurs nouvelles espèces d’orthocératites et d’ostracites” (Erlangen) qui est consacrée à des coquilles fossiles. Il fait paraître aussi dans les “Mémoires de l’Académie de Toulouse” diverses communications sur la faune, la flore et les minéraux des Pyrénées. Ses observations ornithologiques sont reprises dans le “Dictionnaire des oiseaux”, publiée dans le cadre de l’Encyclopédie méthodique. En 1786, il fait paraître un Traité des mines et forges à fer du comté de Foix. Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse est correspondant de l’Académie des sciences.

En 1794, il est à l’initiative du déplacement du Jardin des Plantes de Toulouse décrété par les capitouls.

Professeur à l’Ecole Centrale de la Haute-Garonne, à l’Ecole des Mines de Paris (1795), doyen de la faculté des sciences en 1811 et secrétaire perpétuel de l ’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse. Il a été membre de plusieurs académies étrangères.

Il aborde également la vie politique, et devient le premier président du Conseil général de la Haute-Garonne (1800-1801), maire de Toulouse de 1800 à 1806, puis député pendant les Cent-Jours en 1815. Il fonde le futur Muséum d’histoire naturelle dans l’ancien monastère des Carmes déchaussés et il est à l’origine de l’ouverture du lycée de garçons en 1806. En 1808, Napoléon le nomme baron d’Empire. Son fils aîné Isidore (1875-1833), a été maire de Lapeyrouse de 1819 à 1832.

Dernière modification le — par


Laisser un commentaire

  • Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse
(1744-1818)
20/10/1744 Toulouse
18/10/1818 Lapeyrouse

Panier