Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article

Voie Régordane

Voie Régordane

Voie Régordane

Voie millénaire de transhumance et d’échanges, bordée de « montjoie » (amoncellements de pierres servant de repères), de dolmens, d’inscriptions rupestres, route des Arvernes empruntée par César pour traverser les Cévennes, l’itinéraire, long de 240 km, relie le Puy-en-Velay à St Gilles du Gard.

Le chemin de Régordane est à la fois un chemin sacré ponctué de sites catholiques qui mène les pèlerins à St Jacques de Compostelle ; un chemin épique lieu de tous les combats qui ont marqué l’histoire de la région, ainsi qu’un chemin marchand utilisé par les muletiers porteurs de marchandises depuis le Languedoc jusqu’au Puy.

Son essor se situe vers 843, date où le traité de Verdun divise en trois l’Empire carolingien. Le chemin de Régordane devient alors l’itinéraire le plus oriental du royaume conduisant au port de Saint-Gilles.

C’est d’ailleurs au cours du IXe siècle que Portes choisit saint Gilles comme patron, en souvenir d’un miracle que celui-ci aurait fait en y passant.

Plus tard il devint un chemin de pèlerinage menant à Saint-Gilles, principal port vers Rome et la Terre Sainte. On s’y pressait si nombreux que 124 changeurs de monnaies trouvaient à exercer leur métier. Aucune autre ville d’Europe ne possédait autant de changeurs.La fondation du port d’Aigues-Mortes ouvert directement sur la mer ruina l’économie de Saint-Gilles.

Du XIIe siècle au XIIIe siècle, des conditions climatiques clémentes favorisent les productions agricoles et l’économie. Les villes s’agrandissent. L’amélioration des routes facilite les échanges : le chemin de Régordane est aménagé, on bâtit des ponts, on pave dans les passages difficiles et les côtes. Comme le trafic augmente, les péages deviennent d’un excellent rapport et on se les arrache par la ruse et par la guerre.

Le Charroi de Nîmes, chanson de geste du cycle de Guillaume d’Orange, ainsi que les Versions françaises de la légende de Julien l’Hospitalier, pèlerin de Saint-Gilles établi passeur au bord du Gardon, témoignent du rôle joué par cet itinéraire. Sur son parcours, ont également circulé des troupes aux temps des guerres de religion et de la révolte des Camisards. Les terres traversées étaient en effet des plus huguenotes.

Mais le traité de 1308 repousse les frontières jusqu’au Rhône. C’est alors la fin de l’âge d’or du chemin, les voyageurs préférant le sillon rhodanien. Par ailleurs, le climat devient plus froid et humide, la production agricole s’en ressent.Les populations moins bien nourries résistent mal aux épidémies. La population diminue. Le commerce est interrompu. Le Chemin de Régordane qui n’est plus nécessaire n’est plus entretenu.

Le chemin connaît un regain d’intérêt au XVIIIe siècle “car le roi aura grand intérêt à faire réparer ce chemin pour mener de l’artillerie dans un pays où la façon de penser n’est pas conforme à l’opinion générale.”

Cette voie, aux fonctions multiples par le passé, est encore d’actualité grâce à sa reconnaissance en itinéraire de Grande Randonnée (GR700).

Dernière modification le — par


Mots-clefs :

Laisser un commentaire

  • Voie Régordane
  • Voie Régordane
  • Voie Régordane
  • Voie Régordane

Personnages liés

Panier