Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article

Le couvent des Jacobins

Le couvent des Jacobins

Le couvent des Jacobins

En 1216, saint Dominique fonde à Toulouse l’ordre des frères prêcheurs, futurs dominicains, pour lutter contre l’hérésie cathare. Entre 1230 et 1385, les dominicains bâtissent l’ensemble conventuel des Jacobins (baptisé ainsi en référence au grand couvent de Paris situé rue Saint-Jacques) ; il abrite une église, un couvent et un cloître. L’architecture de ce bâtiment en brique est caractéristique du gothique méridional. Si l’extérieur reste austère et massif, l’intérieur surprend par sa légèreté : la double nef (celle de gauche réservée aux religieux, celle de droite aux fidèles) est surmontée de voûtes d’ogives reposant sur des colonnes immenses. De 1275 à 1298, le chœur reçoit sa voûte actuelle, avec le fameux palmier (élevé en 1292) qui culmine à 28 mètres. Des peintures polychromes éclairent les murs.

Le clocher octogonal, construit sur le même modèle que celui de la basilique Saint-Sernin, a été construit à la même époque que la nef. Le cloître, quant à lui, a été édifié entre 1306 et 1309 , ses colonnades en marbre gris de Saint-Béat soutiennent des chapiteaux sculptés de décors végétaux. Le cloître ouvre sur le réfectoire, la salle capitulaire et la chapelle Saint-Antonin, construite entre 1335 et 1341. L’église abrite les reliques de saint Thomas d’Aquin, auquel elle est consacrée. L’église et le cloître accueillent désormais de nombreuses manifestations culturelles, dont le festival « Piano aux Jacobins ».

Dernière modification le — par


Laisser un commentaire

  • Le couvent des Jacobins
  • Le couvent des Jacobins
  • Le couvent des Jacobins

Panier