Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article

Lacs des Pyrénées

Lacs des Pyrénées

Lacs des Pyrénées

Lac, terme générique français qui s’est substitué aux anciennes appellations des plans d’eau des Pyrénées. En effet, dans la moitié orientale de la chaîne, ces plans d’eau étaient, versant français, systématiquement qualifiés d’étangs, d’estanys pour les parties de langue catalane et d’estanhs pour le Val d’Aran.

D’est en ouest, les premiers lacs pyrénéens apparaissent dans les vallées de la Carança et de Nohèdes et disparaissent à partir de l’ibon de Acherito dans la vallée d’Hecho, versant espagnol et du las de Lhurs dans le cirque de Lescun. Sur le plan vertical, la plupart de ces plans d’eau sont compris entre 1 600 et 2 300m. Le plus haut situé étant à 2 880m sur l’arête orientale qui conduit à la Pique d’Estats.

Ce n’est qu’assez récemment que l’on a pris conscience de la richesse lacustre des Pyrénées. On peut en effet y dénombrer environ 1 500 lacs de plus de 50m de diamètre selon A. Bourneton ou 2 512, couvrant toutes les dimensions, selon L. Audoubert, chiffres considérables qui donnent aux Pyrénées la plus forte densité lacustre des massifs montagneux d’Europe.

Répartis dans les diverses régions pyrénéennes, un certain nombre de lacs sont dotés de pouvoirs magiques et occupent une place non négligeable dans l’inconscient collectif des populations locales. On peut classer ces mythes et autres légendes autour de quelques grands thèmes. Celui des “pierres mouillées” est en relation avec le pouvoir qu’auraient certains étangs de déclencher des catastrophes météorologiques à la suite de jets de pierres au sein de leurs eaux. Celui des monstres aquatiques en fait le repaire de monstres ou dragons menaçant animaux et visiteurs.

D’autres lacs s’étaient spécialisés comme étant la demeure des fées, “hadas” et autres dames des eaux. Enfin l’universel mythe du paradis perdu se rapporte à des territoires primitivement fertiles mais transformés en sites désolés (glace, désert, plan d’eau, etc.) pour sanctionner un manquement au devoir d’accueil ou à certaines règles religieuses. On peut y ajouter d’autres croyances : celles des bruits sourds et de sons de cloches issus du fond des eaux, des lacs sans fonds, des lacs communicants souterrainement avec des lieux très éloignés ou même avec la mer, etc.

Outre leur nombre qui les rend inséparables de la plus grande partie des perspectives pyrénéennes, ces lacs et ces étangs se distinguent d’autres plans d’eau par une transparence qui leur permet de restituer les teintes les plus fraîches et les plus vives, les ciels et les sommets voisins, coloris dédoublés au sein des eaux et éléments d’horizontalité servant de parvis d’azur aux proches verticalités.

En raison de leur grand nombre et des diverses situations géologiques, on en rencontre de toute forme, de toute taille, avec golfes, caps péninsules, criques, anses, îles, et presqu’îles. Ainsi, avec l’agencement de tous ces caractères géographiques et la combinaison de mille autres détails, loin de tomber dans l’uniformité, la visite de ces “enfants des Pyrénées” constituera toujours un authentique renouvellement de la vision.

L’étang d’Arbu est un lac des Pyrénées françaises situé au nord-ouest de la commune de Vicdessos dans le département de l’Ariège, en région Occitanie.

L’étang est situé au pied du versant sud granitique du pic des Trois Seigneurs. Il possède plusieurs petits îlots.

Dans la réserve naturelle du Néouvielle (massif du Néouvielle), aux portes du parc national des Pyrénées, on y trouve le lac d’Aumar, situé en amont et à l’est du lac d’Aubert dont il n’est séparé que par une bande de terre d’environ 200 mètres de large. Il s’étale sur 25 hectares à une altitude de 2 192 mètres. Administrativement, il est sur une enclave de la commune de Vielle-Aure.

Le lac d’Aubert est situé en contrebas et à l’ouest du lac d’Aumar dont il n’est séparé que par une bande de terre d’environ 200 mètres de large. Il s’étale sur 45 hectares à une altitude de 2 148 mètres. Son barrage surplombe les Laquettes. Dans sa quasi-totalité, le lac est sur une enclave de la commune de Vielle-Aure. Cependant, deux petites parties, au nord-ouest comme au sud sont rattachées à une autre enclave, dépendante de la commune de Saint-Lary-Soulan.

Le lac d’Orédon est situé sur la Neste de Couplan, un kilomètre en aval du lac de Cap-de-Long, sur la commune d’Aragnouet, en lisière de la réserve naturelle du Néouvielle. Son rivage nord-est se trouve sur l’enclave de la commune de Saint-Lary-Soulan. On le retrouve sur une altitude de 1849 mètres.

Dernière modification le — par


Livres associés

Laisser un commentaire

  • Lacs des Pyrénées
  • Lacs des Pyrénées
  • Lacs des Pyrénées
  • Lacs des Pyrénées
  • Lacs des Pyrénées

Personnages liés

Panier