Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article

La Cavalerie, La Couvertoirade et Sainte-Eulalie-de-Cernon

La Cavalerie, La Couvertoirade et Sainte-Eulalie-de-Cernon

La Cavalerie, La Couvertoirade et Sainte-Eulalie-de-Cernon

La Cavalerie a été fondée au XIIe siècle par les Templiers de la commanderie de Sainte-Eulalie. Ils édifient alors un vaste enclos abritant un logis et une tour carrée, des bâtiments agricoles, une église consacrée à Sainte-Marie et un cimetière. Après la chute de l’Ordre du Temple, les Hospitaliers récupèrent les biens des chevaliers. En 1445, ils entourent le village de fortifications. Lors de guerres de Religion, La Cavalerie est pillée à deux reprises par les protestants et le château est détruit en 1580.

Le village connaît une nouvelle période prospère au cours du XVIIe siècle, comme en témoignent les riches hôtels particuliers construits par les négociants et la tour carrée élevée sur la porte principale. Au XVIIIe siècle, la construction d’un « grand chemin » permet au village de se développer davantage. La cavalerie n’échappe pas à l’exode rural au milieu du XIXe siècle. Au début du XXe siècle, un vaste camp militaire est installé sur une grande partie de la commune ; son agrandissement, envisagé dans les années 1970, entraînera de nombreuses manifestations paysannes pendant dix ans.

Le village de La Couvertoirade se développe autour du château, construit en 1249 par les chevaliers de l’Ordre du Temple, et de l’église Saint-Christophe. C’est un centre d’exploitation agricole pour la culture des céréales et l’élevage ovin. En 1312, Philippe le Bel condamne l’Ordre du Temple et La Couvertoirade tombe alors dans les possessions des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Au XVe siècle, le village est entouré de murailles ; il se développe au XVIe siècle : de nombreuses demeures bâties à cette époque sont toujours visibles aujourd’hui.

En 1760, La Couvertoirade est érigée en commanderie indépendante placée sous l’autorité du chevalier Riquetti, baron de Mirabeau. Les bâtiments seront confisqués à la Révolution et rendus aux paysans. Le village est durement frappé par l’exode rural. L’état de conservation exceptionnel du village en fait l’une des cités templières les plus connues et visitées. Ses remparts ont été classés Monuments Historiques en 1895 ; le château, l’église, le cimetière et le presbytère l’ont été en 1945.

Les Templiers s’installent à Sainte-Eulalie à partir de 1159. le roi d’Aragon leur cède toutes ses possessions sur le Larzac et les autorise à construite villes et places fortes. Ils érigent alors une commanderie, vaste quadrilatère fortifié qui abrite une église, un bâtiment communautaire et des bâtiments agricoles. Lorsque les Hospitaliers récupèrent la commanderie après la dissolution de l’Ordre du Temple, ils construisent des remparts : hauts de 11 à 12 mètres, ils comportent des tours de 20 mètres de haut couronnées par des mâchicoulis.

L’église romane est modifiée par l’ajout d’une chapelle gothique au XIVe siècle ; au XVIIe siècle, un portail baroque est percé dans le chevet pour que l’entrée puisse se faire depuis la place du village (l’église est alors orientée à l’est). La commanderie de Sainte-Eulalie est la mieux conservée de France.

Dernière modification le — par


Laisser un commentaire

  • La Cavalerie, La Couvertoirade et Sainte-Eulalie-de-Cernon
  • La Cavalerie, La Couvertoirade et Sainte-Eulalie-de-Cernon
  • La Cavalerie, La Couvertoirade et Sainte-Eulalie-de-Cernon

Personnages liés

Panier