Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article
single-product dans le child
Livre

La Guerre des Cévennes 1702 – 1710

Editeur : npl

88.00 

5 en stock

UGS : 223 Catégorie :

Description

Si le tome II s’achevait, fin 1703, par un statu quo dans la conduite de la guerre, le tome III aborde, avec les six premiers mois de l’année 1704, une période décisive qui voit à la fois l’apogée de la révolte et son déclin. En janvier 1704, en dépit de la répression, des massacres et des dévastations, les camisards contrôlent la campagne tout entière. Rolland, ce mois-ci, surprend une colonne au col de Vallongue ; deux mois plus tard, Cavalier écrase les régiments de l’infanterie de marine à Martignargues. Mais, en avril, Cavalier se fait piéger à Nages et ses réserves secrètes d’Euzet dont découvertes.

En ce même mois, Montrevel a cédé la place à Villars qui, en fin politique, comprend tout de suite la situation. Face à un pays ravagé et épuisé, face au désarroi, sinon au désespoir qui, lentement, s’empare des rebelles sans cesse harcelés par des troupes toujours plus nombreuses, le maréchal temporise et joue la carte de la négociation.

En mai, premier contact avec Cavalier, puis rencontre officielle à Nîmes. Une trêve, précaire, s’instaure au cours de laquelle Villars, ayant séduit Cavalier en le persuadant de l’échec inéluctable de la révolte, tente en vain de fléchir Rolland. Mais, pour ce dernier, vainqueur, en ce même mois, de la bataille du Plan de Fontmort, ainsi que pour les autres chefs, il n’est point de paix envisageable sans la liberté de conscience.

Les camisards abandonnent Cavalier qui prend le chemin de l’exil. Autour de Rolland, promu généralissime des forces camisardes, la lutte continue. Toujours sans secours extérieurs car, hélas, la flotte alliée qui, fin juin, s’avance vers les côtes languedociennes, gênée par la tempête, ne peut débarquer.

Ce tome III, qui comprend 121 chapitres, est donc fondamental pour comprendre de quelle façon Villars, aidé du baron d’Aigaliers, a opéré pour rompre le front camisard. Il insiste sur les caractères de Cavalier et de Rolland et souligne l’importance du maréchal de Villars, venu en Languedoc comme dernier recours. Il n’oublie pas enfin de narrer la tentative de révolte en Vivarais, en février 1704, et les incessants combats et activités de guérilla qui forment le lot quotidien de la lutte camisarde.

Informations complémentaires

Dimensions 22.50 × 30.00 cm

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.

Auteurs du livre

|

Personnages liés

Panier