Contactez nous
04 26 78 36 60

Lire en Occitanie

1 Article

Gérard Zuchetto

Gérard Zuchetto

Gérard Zuchetto

Spécialiste des troubadours, auteur de plusieurs ouvrages, il leur consacre de nombreux enregistrements, dont La Tròba, première anthologie complète chantée du trobar. Il anime des Master Classes Performing Trobar dans le domaine de l’interprétation et des séminaires depuis 2010 en relation avec l’université de Stanford.

Son parcours musical est jalonné de plusieurs expériences, enregistrements et concerts, alliant musiques traditionnelles et musiques actuelles avec notamment les créations “Maucor de l’unicorn” (Alphonse Stallaert/Max Rouquette/Trio Sonata Concert) ; “L’eretge – L’hérétique” (R.Nelli/G.Zuchetto/M.Rousset); “Une petite lampe sur la mer”(R.Depestre/M.Rouquette/M.Allier/J.Bousquet/G.Zuchetto/M.Rousset); “Milgrana clausa” et “Terras londanas” (A.Surre-Garcia/G.Zuchetto/S.Hurtado-Ros); “Troubadours Caravane”, des rencontres artistiques avec des musiciens aussi différents que Junko Ueda, Giorgio Gaslini, Fawzi Al Aiedy, Ali Wagué, Paco Ibañez… toujours sous-tendues par sa fidélité aux poètes du Sud, Joë Bousquet, Pierre Reverdy, Charles Cros, René Nelli, Max Rouquette, René Depestre, Max Allier, Pier Paolo Pasolini, Franc Bardou… qu’il met en musique avec Sandra Hurtado-Ròs et en spectacles pluridisciplinaires.
Gérard Zuchetto ne se contente pas de reconstituer l’art des troubadours, il le recrée.” Eliane Azoulay, Télérama

“Comme un voyageur intersidéral débarqué tout droit du XIIIème siècle… Gérard Zuchetto a l’air badin. Son grand art est évidemment la transgression. Une liberté héritée de cette période considérée à plus d’un titre comme préfiguratrice de la world music, avec ses ornementations arabo-andalouses et ses articulations légères. Chez Zuchetto, il n’y a pas de connaissance qui ne soit incarnée, pas de théorie sans création. L’art du sculpteur de sons d’aujourd’hui, comme il se définit lui-même, est de jongler avec la musicalité profonde du mot dans un enchevêtrement métrique et mélodique, l’entrebescamen.” Emmanuelle Honorin, Le Monde de la Musique.

Depuis quinze ans qu’il arpente les mélodies et les textes des troubadours, c’est une liberté à présent maîtrisée qu’il donne à entendre, subtile au point de faire coïncider l’ivresse poétique et le respect de cet art ancien. Point de théâtre facile dans ce processus, mais une intériorisation du métier de “trouveur” qui le rend capable, comme bien peu, de les chanter avec une indépendance de ton qui en restitue la force poétique.” Marc Desmet, Le Monde de la Musique.

Dernière modification le — par


Laisser un commentaire

Panier

Personnages liés